vie pratique bibliothèque

 

La bibliothèque est installée dans une grande salle derrière la mairie Elle est ouverte tous les samedis de 14h00 à 15h00 .
En plus des livres, des CD, des DVD habituels, la bibliothèque départementale nous prête désormais des livres audio.

 

A la bibliothèque, une soirée au bout du monde

Dans le cadre du festival de contes Il était une voix, organisé par le conseil départemental, la bibliothèque a accueilli la conteuse Sylvie Vieville qui a raconté l'histoire de Mirrabooka.

Sous un éclairage intimiste mis en place par des membres de la médiathèque départementale, la « colporteuse d'histoire, aventurière de la parole » comme elle aime à se définir, a emmené les nombreux spectateurs, dont une vingtaines d'enfants fascinés, dans un voyage au bout du monde, en Australie.

Las de son bol jaune du petit déjeuner, marqué la forme ce matin !, dans lequel se reflète l'enseigne clignotante de la pharmacie d'en face au son de l'aboiement du chien du voisin, elle décide de partir explorer le pays des kangourous et des aborigènes accompagnée de ses instruments, flûte harmonique, Udu et plume d'oiseau lyre. Son conte, tantôt humoristique, tantôt grave, est un tissage de ses expériences de voyage, d'anecdotes et de culture aborigène « culture du mystère dans laquelle le monde a été rêvé avant d'être créé » révèle l'auteure. Les spectateurs n'ont pas perdu une miette de ce cheminement émouvant entre rêve et réalité que la conteuse transmet par sa présence généreuse et son humour.

Quand aux animatrices de la bibliothèque, elles étaient ravies d'avoir attiré une quarantaine de participants à cette veillée loin des écrans.

 

La bibliothèque : un lieu où on apprend en s'amusant

 

Invités à venir à la bibliothèque, avec leurs parents, pour participer à une séance d'éveil à la lecture, les enfants de la commune ont découvert le kamishibaïs, sorte de petit théâtre ambulant où un conteur raconte des histoires en faisant défiler des illustrations dans un cadre de bois. Assis en cercle, les enfants ont écouté avec attention Françoise Vis, à l'origine de cette initiative. Elle leur a proposé ensuite de suivre un petit exposé sur les droits de l'enfant, « qui  a le droit d'écrire une page dans le grand livre du monde », puis leur a demandé de choisir chacun un droit fondamental et de le traduire en dessin. Les plus petits, qui ne savent pas encore écrire, ont dessiné le contour de leur main sur une feuille dont les doigts représentent les branches de leur arbre généalogique. Les parents qui les assistaient ont écrit, sous la dictée des petits, les noms des membres de leur famille aux bouts des doigts. Les six plus grands ont fait un dessin. Si Enola a choisi de représenter le droit à s'alimenter, Lou, le droit d'aller à l'école, trois autres ont choisi le droit de s'amuser! Un peu normal après ue journée d'école!
« Une ou deux fois par mois, les enfants seront conviés à venir à la bibliothèq
ue avec leurs parents pour découvrir les livres de façon ludique autour d'un thème différent » explique Françoise qui prépare déjà la prochaine séance.

 

 

 

Pour être à la page

Aujourd'hui les enfants de la garderie periscolaire vont débuter la fabrication d'un marque page décoré de fleurs séchées. Avant de commencer ils écoutent Françoise Vis qui leur lit un conte puis, encadrés par Christelle Moreaux, ils partent cueillir des fleurs aux abords de la mairie. A leur retour, Françoise leur distribue des petites platines en carton qu'elle a fabriqué et qui serviront de presse. Autour de la grande table de la bibliothèque, les enfants choisissent et préparent les fleurs. Bien serrées entre deux couches de papier absorbant, elles vont se déssecher à l'abri de la lumière. D'ici une quinzaine de jours elles seront prêtes à être collées sur les marques page. Le travail ne va pas sans quelques difficultés, entre les fleurs qui ne restent pas en place, les vis qui ne veulent pas rentrer et les écrous qui s'enfuient! Mais avec un peu d'aide et d'application chacun termine son montage. Il ne reste plus qu'à laisser faire le temps. «  L'objectif est toujours d'amener les enfants à s'intéresser à tout ce qui touche aux livres et à la lecture ; le marque page est un objet qu'ils pourront utiliser ou offrir » explique Françoise. A la prochaine séance ils essairont de reconnaître les fleurs employées en les comparant à celles d'un dictionnaire des fleurs.

 

     

| Accueil | Actualités | Notre village | Situation géographique | Réalisations et projets | Echassières autrefois | Le passé minier | Petite histoire |
| Mairie horaires et services | Conseil municipal | CCAS | APC | Ecole | Accueil périscolaire | Location salle polyvalente | Bibliothèque | Maison de retraite| Com com | Adresses utiles |
| Foyer rural présentation| Calendrier | Théâtre | Fête de la musique | Folklores d'été | Autres animations | Gymnastique | Club de l'amitié | Club photos |
| Artisans et commerçants |Les amis de la pétanque | Les chasseurs et propriétaires | La Gaule d'Echassières | L'Union tennistique|
| Vie économique | Hebergements | Musée Wolframines | Parc Natura'Bosse | Viaducs | Chemins de randonnées | Aux alentours | Contact |

Echassières, village du bourbonnais, dans l'Allier en Auvergne à proximité d'Ebreuil, Gannat, Vichy, Montluçon, Saint Eloy les Mines, Clermont-Ferrand